Eventos

jue 22 Sep 2016

CONVERSATION LITTÉRAIRE | Boualem Sansal avec George Orwell

CONVERSATION LITTÉRAIRE | Boualem Sansal avec George Orwell

Le jeudi 22 septembre à 20h au Théâtre de l’institut français de Madrid (c/ Marqués de la Ensenada nº 10). Réservation recommandée. Entrée libre dans la limite des places disponibles. En français avec traduction simultanée en espagnol.

Avec son roman choc 2084 : la fin du monde (Gallimard, 2015 -édition espagnole Seix Barral, 2016), récompensé par le Prix de l'Académie française, l'économiste et l'écrivain algérien francophone imagine, après Houellebecq, l'islamisme au pouvoir, et après Orwell et son roman 1984, le totalitarisme du 21e siècle.

 

«2084. Le monde que nous connaissons n’existe plus. En Abistan, un empire immense, un régime totalitaire s'impose, celui où règnent la soumission à un dieu unique et l'amnésie collective. Là-bas, Ati, le personnage central, sent naître en lui le démon du doute et décide de faire un voyage qui remet en question la société dans laquelle il vit.»

«2084. La fin du monde est beaucoup plus féroce et discutable que la Soumission». Michel Houellebecq.

«Boualem Sansal est l'une des plus grandes voix de la littérature contemporaine», Babelio.

«Un livre extraordinaire et prémonitoire», Le Figaro.

«Une satire virulente et implacable», Le Journal du Dimanche

 

Boualem Sansal a étudié l’ingénierie des télécommunications à l'École Nationale Polytechnique d’'Algérie et à l'école Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris et a obtenu un doctorat d'Économie. Il a été professeur, consultant, chef d'entreprise et haut fonctionnaire au Ministère de l'Industrie d'Algérie : il est limogé en 2003 suite à ses critiques envers l'arabisation et l'islamisation de l'enseignement.

Écrivain tardif, son premier roman, Le serment des barbares, est publié en 1999 et connaît tout de suite un grand succès auprès de la critique : Le Nouvel Observateur l'a qualifié de chef-d’œuvre et il reçoit le Prix du premier roman et le Prix Tropiques. Jorge Semprún a d’ailleurs écrit un scénario pour ce roman que Costa-Gavras voulait adapter au cinéma, projet qui n'a été finalement pas vu le jour.

Son livre le Poste restante, une lettre ouverte à ses compatriotes, a été censuré en Algérie. Ce pamphlet lui a valu d'être menacé et insulté.

 

Le roman qui lui a valu le plus de succès est Le village de l'allemand, qui a reçu quelques prix et qui a été, lui aussi, censuré en Algérie. En 2011 il publie Rue Darwin, le plus personnel de ses romans, dans lequel tous ses personnages ont existé dans la vie réelle.

 

              


Para mejorar la navegación y los servicios que prestamos utilizamos cookies propias y de terceros. Entendemos que si continúa navegando acepta su uso.
Infórmese aquí  aceptar cookies.